Après des mois de frilosité, les industriels algériens reprennent confiance

Après des mois de frilosité, les industriels algériens reprennent confiance

L’optimisme regagne du terrain chez les industriels algériens. Après des mois de perturbations en raison de la conjoncture qui prévalait en Algérie, la situation tend à évoluer positivement grâce à l’action des pouvoirs publics.

Dans l’optique de donner un coup de pouce aux investissements locaux, Abdelaziz Khelef, conseiller chargé de l’économie et des finances à la présidence de la République a effectué un premier déplacement à l’intérieur du pays.

Sur instruction d’Abdemadjid Tebboune, président de la République, il s’est rendu hier dimanche à la wilaya de Sétif, connue pour abriter la plus grande zone industrielle du pays.

Ce déplacement avait pour objectif de rencontrer les investisseurs, mais aussi de dissiper leurs inquiétudes quant à l’avenir des affaires en Algérie. Un geste du président Tebboune qu’ils ont fortement apprécié.

Soulagés, en toute vraisemblance, ils sont sortis convaincus de cette rencontre, selon certaines indiscrétions. M. Khelef, quant à lui, devrait continuer sur sa lancée et aller à la rencontre des hommes d’affaires des autres régions.

Nommé au mois de juin, le conseiller du président de la République a occupé, par le passé, plusieurs hautes responsabilités au sein de l’appareil étatique algérien, notamment en sa qualité de ministre du Commerce et des Finances ou encore secrétaire général à la présidence de la République.

De 1994 à 2006 il avait dirigé la Banque islamique de développement (BID) dont le siège se trouve à Djeddah, en Arabie Saoudite.

Skander Boutaiba