Ammar Belhimer réagit aux manœuvres de François Gouyette : « Aucun diplomate, ne peut ignorer les  règles de base dans la pratique diplomatique »

Ammar Belhimer réagit aux manœuvres de François Gouyette : « Aucun diplomate, ne peut ignorer les  règles de base dans la pratique diplomatique »

La normalisation par le Maroc, de ses relations avec l’entité sioniste, n’es guère une surprise pour l’Algérie. « C’était prévisible. C’est le couronnement le couronnement d’une soixantaine d’années de collaboration bilatérale », a affirmé ce mercredi Pr Ammar Belhimer, ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement dans un entretien au média libanais, almayadeen.net

« Nous suivons de plus prés, l’évolution des événements. Seules les décisions qui conviennent notre peuple et Nations seront prises », a encoure soutenu Pr Belhimer rappelant que le président de la République avait été clair à ce sujet.

« L’Algérie ne participera pas à la  course  à la normalisation avec Israël », affirmait en effet, en septembre dernier, Abdelmadjid Tebboune.

Le porte-parole du Gouvernement a dans le même contexte, rappelé les « visées politiques » du Royaume après la normalisation de ses relations avec l’entité sioniste.  Le Royaume a d’ailleurs obtenu la reconnaissance des USA de « la marocanité du Sahara occidental ».  Le reste est sûrement à venir.

« Cela ne changera en rien de nos positions de principe vers (la cause palestinienne et la cause sahraouie). Celui (ou ceux) qui prétendent le contraire, se font des illusions », a tranché le ministre de la Communication, qui dans la foulée, rappelle que l’Algérie est  visée au regard de réelles menaces à nos frontières.  Une menace soulignée d’ailleurs, le 11 du mois en cours par le Premier ministre Abdelaziz Djerad.

Intervenant en effet, lors d’une conférence en commémoration du 60e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960, au siège des Archives nationales à Alger, le Premier ministre,  a mis en exergue,  l’impératif de «ne pas occulter les périls au niveau de notre environnement immédiat en raison de l’instabilité de la région», assurant que «l’Algérie est particulièrement visée».

Il a fait état, dans ce sens, d’opérations étrangères visant la déstabilisation de l’Algérie, ajoutant que «les indicateurs sont, aujourd’hui, clairs au vu de ce qui se passe à nos frontières».

L’ambassadeur de France, rappelé à l’ordre

Dans son entretien au média libanais almayadeen.net, le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement a par ailleurs abordé les récentes manœuvres et le jeu trouble de François Gouyette, l’actuel ambassadeur de la France en Algérie.

« Il existe des normes internationales et les pratiques diplomatiques convenues que toute représentation étrangère dans n’importe quel pays doit respecter » a assené à ce propos Pr Belhimer. « Dans le cas contraire, cela est considéré un comportement inapproprié, et ces personnes deviennent indésirables», a-t-il soutenu.

Pour le ministre de la Communication,  « aucun diplomate, y compris l’actuel ambassadeur de France ne peut ignorer ces règles de base dans le pratique diplomatique, sinon il sera soumis aux mesures souveraines en vigueur de pays hôte », précisant toutefois qu’en Algérie, « tout diplomate peut rencontrer des organisations officielles ou de l’opposition légale ».

Pour rappel, comme nous l’écrivions, sur https://www.lapatrienews.com/il-a-ete-nomme-nouvel-ambassadeur-de-france-en-algerie-le-jeu-trouble-de-francois-gouyette/ le  diplomate  s’est même permis, depuis la dernière quinzaine du mois de novembre, à entamer des « consultations « dans sa résidence avec des personnalités et autres médias pour fantasmer sur de « dangereux scénarios « de vacance imaginaire de pouvoir !

 « L’impérialisme est un mauvais élève «

Notant la position officielle de l’Algérie quant aux agissements diplomatiques et médiatiques de le France, Pr Belhime, s’est référé  à une  citation de général Giap, héros de la guerre d’indépendance de Vietnam.

« Ce  dernier avait tout à fait raison en disant que « l’impérialisme est un mauvais élève», a noté le porte-parole du Gouvernement. Pour lui, et cela « s’applique parfaitement sur le comportement de le France vis-à-vis de l’Algérie ».

« Comme toujours, nous réitérons clairement notre rejet catégorique aux propositions françaises, d’autant que leur période de transition est rejetée dans le former et dans le fond»,  a dit le ministre de la Communication. Ce  « n’apportera que de chaos et de sang, tel que l’a déclaré le président Tebboune  et parce que le peuple algérien les a affrontés avec les choix constitutionnels», a-t-il avertis.

« Les plans voués à l’échec  ourdis contre l’Algérie qui n’accepte point de leçons creuses, ni de paternalisme hérité de la colonisation », avait déjà, affirmé le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement, Amar Belhimer réagissant a résolution du Parlement européen (PE) sur la situation des droits de l’homme en Algérie.

F.H