Amar Belhimer à « Sputnik Arabic» : « Des mercenaires au Parlement européen sont au service de certains lobbies »

Amar Belhimer à « Sputnik Arabic » : « Des mercenaires au Parlement européen sont au service de certains lobbies »

Le moins que l’on puisse dire est que le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Amar Belhimer, n’a pas mâché ses mots, et n’y est pas allé avec le dos de la cuillère dans un entretien accordé ce lundi dans un entretien accordé ce lundi au média russe Sputnik Arabic.

Le sujet phare du jour, qui est celui de la résolution du parlement européen sur les droits de l’Homme, y a, comme e juste, accaparé la part du lion.

Pour Belhimer, si la position officielle a déjà été clairement exprimée, « le fait que ce parlement ait adopté à deux reprises des résolutions sur la situation interne en Algérie est la p suprême de nuire à notre pays, mais aussi et surtout à l’institution militaire, garante de la souveraineté et de l’inviolabilité de notre pays ».

Pour lui, donc, « il est évident que des lobbies e trouvent derrière cet acharnement ». « Et de préciser que l’opinion nationale, dans sa globalité, a très bien accueilli cette position officielle consistant à rejeter catégoriquement toute ingérence étrangère dans nos affaires internes et souveraines.

Pour lui, également, « ce genre de résolutions non-contraignantes cherchent à déstabiliser un pays émergeant, et puissance régionale comme l’Algérie à cause de ses positions constantes et fermes vis-à-vis de certaines questions, comme la cause palestinienne ou bien la libération du Sahara Occidental ».

L’analyse, pointue et sans concession, se poursuit ainsi : « des mercenaires officient au niveau du parlement européens au service de lobbies qui cherchent à en finie avec le pays arabes et africain, mais aussi l’Amérique Latine ».

En revanche, Belhimer refusera de commenter la décision prise par Bahreïn et les Émirats d’ouvrir un consulat au niveau de la ville de Laâyoune occupée », partant du principe noble et juste qui veut que l’Algérie ne s’ingère jamais dans les affaires des autres États.

Et de réitérer le soutien de l’Algérie à la tenue d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui, saluant au passage le retour en force de cette question au centre des préoccupations de l’Union africaine au grand dam de la diplomatie marocaine.

Ali Oussi