Alimentation : les prix mondiaux des aliments de première nécessité en hausse en août, selon la FAO

Alimentation : les prix mondiaux des aliments de première nécessité en hausse en août, selon la FAO

Les prix des produits alimentaires de première nécessité ont connu en août leur troisième mois consécutif de hausse sur le marché mondial, a constaté l’Organisation onusienne pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dans son dernier rapport mensuel.

Cette hausse des prix du sucre, des huiles végétales et des céréales secondaires est due  selon la FAO, à « une demande globalement plus forte et de l’affaiblissement du dollar américain ».

Les  prix des céréales « ont progressé de 1,9 % par rapport à juillet, pour s’établir en moyenne 7,0 % au-dessus de leur valeur d’août 2019 », a constaté la FAO.

Les cours du sorgho ont grimpé de 8,6 % et ceux du maïs ont augmenté de 2,2 %  « en raison de la crainte que les dégâts subis par les cultures dans l’Iowa aient une incidence sur l’offre », tandis que les prix internationaux du riz « ont progressé, du fait du resserrement saisonnier des disponibilités et de la croissance de la demande africaine », selon l’agence.

Les prix du sucre ont enregistré « une hausse de 6,7 % par rapport au mois précédent », a ajouté la FAO, expliquant cette augmentation  par « la perspective d’une production réduite du fait des conditions météorologiques défavorables dans l’Union européenne et en Thaïlande, deuxième exportateur mondial de ce produit, ainsi que par la forte demande à l’importation émanant de Chine ».

Les prix des huiles végétales ont pour leur part, « augmenté de 5,9 %, du fait  de « l’affermissement des cours de l’huile de palme en particulier, mais aussi de ceux des huiles de soja, de tournesol et de colza », a-t-on constaté.

Selon les experts de la FAO, ces évolutions sont « essentiellement le reflet des ralentissements de la production qui sont attendus dans les principaux pays producteurs d’huile de palme, dans un contexte où la demande mondiale à l’importation est forte ».

Par ailleurs, les prix des produits laitiers sont restés « pratiquement inchangés par rapport à juillet, ceux du fromage et du lait entier en poudre ont baissé « face à la perspective d’importantes disponibilités saisonnières à l’exportation en Océanie », mais ceux du beurre ont « augmenté sous l’effet du resserrement des disponibilités à l’exportation en Europe qui a fait suite à la réduction de la production de lait, imputable à la vague de chaleur du mois d’août », a expliqué la FAO.

Les prix de la viande sont eux, restés inchangés depuis juillet, bien qu’ils soient en baisse de 8,9 % par rapport à août 2019, a encore constaté l’agence.

Ab. M.