Agression contre deux femmes d’origine algérienne à Paris : le caractère raciste retenu

Agression contre deux femmes d’origine algérienne à Paris : le caractère raciste retenu
Deux femmes sont actuellement en garde à vue au commissariat du 7e arrondissement de Paris. Elles sont suspectées d’avoir proféré des insultes racistes, mais surtout d’avoir agressé deux femmes voilées, d’origine algérienne.
« Après l’identification d’une première suspecte dimanche, une seconde femme a été interpellée » indique 20 Minutes qui cite une source du parquet. « A l’issue de leur garde à vue, toutes deux ont été présentées ce mercredi à un juge d’instruction en vue de l’ouverture d’une information judiciaire du chef de violence volontaire », ajoute le journal.
Aujourd’hui, le parquet a indiqué qu’il retenait « finalement le caractère raciste de l’agression». « Ce qui constitue une circonstance aggravante », affirme 20 Minutes.
Kenza et Amel, deux cousines qui se promenaient en famille dimanche soir, ont été poignardées sous la tour Eiffel, en plein cœur de Paris. Mobile de l’agression : elles ont demandé à deux jeunes femmes de mettre leur chien en laisse car il effrayait leurs enfants.
Les deux victimes ont été prises en charge par les pompiers et transportées à l’hôpital. « Amel, a reçu de multiples coups de couteau et a dû être opérée de la main. Elle a été placée en arrêt de travail pour deux mois. La seconde, Kenza, a reçu six coups d’arme blanche et subi une perforation du poumon. Ses jours ne sont pas en danger », a détaillé le quotidien Le Monde.
Nacereddine Benkharef