Affaire du mineur Chetouane : la manipulation au grand jour

Affaire du mineur Chetouane : la manipulation au grand jour

L’affaire dite de la vidéo du mineur Chetouane à travers laquelle des policiers ont été accusés de l’avoir agressé sexuellement continue de livrer ses secrets et de confirmer la manipulation de l’opinion publique qu’ont tentée les cinq mis en cause arrêtés par les services de sécurité.

En effet, selon les derniers éléments de l’enquête, les suspects avaient en leur possession sept vidéos du mineur mais n’en ont finalement diffusée qu’une seule sur les réseaux sociaux.

Après la publication de la vidéo, les mis en cause ont contacté des figures parmi les plus en vue du Hirak pour essayer de promouvoir et de médiatiser le plus possible la vidéo, des conversations avec les personnes contactées ayant été retrouvées et intégrées au dossier judiciaire.

Il faut rappeler aussi que la collusion de ce groupe avec une nébuleuse terroriste avait déjà été établie et annoncée par le procureur général lors de sa dernière intervention sur cette affaire.

Ainsi, la manipulation apparait au grand jour et prend les traits d’une énième tentative de dévier les revendications du Hirak pour pousser les algériens à entrer dans un cycle de violence dont nul ne pourra en prévoir l’issue, sauf qu’elle sera fatale pour tout le monde. Et pour corser le tout, les cinq mis en cause ont déclaré qu’ils étaient inconscients lorsqu’ils ont procédé à la mise en ligne de la vidéo car ils avaient consommé des boissons alcoolisées et étaient donc dans un état d’ébriété avancé.

Mais cela peut-il être un justificatif à leur acte antinational ? Ont-ils été toujours en état d’ébriété, au moment de la prise de vue, du montage et du choix de la vidéo ? Etaient-ils aussi ivres quand ils ont contacté les figures de proue du Hirak pour promouvoir la vidéo ? Ceci en attendant d’autres révélations sur cette affaire pour que toute la lumière soit faite et que les ennemis de l’Algérie soient dénoncés et connus de tous.

La Patrie News