Affaire du COA : la réponse cinglante du Comité international à Bernaoui

Affaire du COA : la réponse cinglante du Comité international à Bernaoui

Que peut-on dire ou de quoi peut-on qualifier un ex ministre de la République qui se plaint de son pays auprès d’instances internationales ? Nous laissons le soin aux « spécialistes » de répondre à la question. Mais ce qui est sûr et même certain, c’est que Raouf Bernaoui a eu droit à une « bonne douche écossaise » de la part du Comité olympique international qui, dans sa réponse à la « plainte » de l’ex ministre de la jeunesse et des sport,  considère que l’éviction de ce dernier de la candidature à la présidence du Comité olympique algérien (COA) dont l’Assemblée générale élective est prévue demain samedi sauf changement de dernière minute,  est une « question interne qui relève de la compétence directe du Comité (COA) ». Par conséquent le plaignant est « invité »  à se rapprocher de la même instance « pour traiter sa demande ». 

« Monsieur, nous avons bien reçu votre courrier du 4 septembre 2020 et nous vous en remercions. Selon la procédure habituelle dans ces circonstances et étant donné qu’il s’agit d’une question interne qui relève de la compétence directe du Comité Olympique et Sportif Algérien (COA), nous transmettons, par la présente, une copie de votre courrier (ci-joint) au COA (qui nous lit en copie) pour faire le suivi nécessaire dans le cadre statutaire et légal, et nous vous recommandons de bien vouloir vous adresser directement aux organes compétents du COA pour traiter votre demande », écrit en effet le Comité olympique international dans sa « réponse » à la plainte de Raouf Bernaoui. 

Le règlement est clair, Mr Bernaoui

Pour rappel, quelques jours seulement après avoir été déclaré hors course pour la présidence du COA, l’ex-ministre de la Jeunesse et des Sports, a préféré s’adresser directement au CIO.

Dans son courrier, Bernaoui avait « dénoncé » selon des confrères,  « les graves dépassements liés à sa candidature qui a été invalidée ». Pourtant, le règlement à ce propos est aussi clair que net. En effet, tous s’accordent à dire que le « refus « de la candidature de Raouf Bernaoui est en relation avec le dernier poste occupé par Bernaoui à la tête du département de la Jeunesse et des sports.

La candidature de l’ex-ministre de la Jeunesse et des Sport et président de la Fédération algérienne d’escrime (FAE) a été  en effet, rejetée par les membres du bureau exécutif du COA, conformément à l’ordonnance n 07-01 du 1er mars 2007, relative aux incompatibilités et obligations particulières attachées à certains emplois et fonctions qui pourraient constituer un obstacle à sa candidature.

Cette ordonnance stipule dans son article 3 qu’il est interdit aux agents publics occupant des fonctions supérieures de l’Etat « d’exercer, pendant une période de deux années, une activité professionnelle ou de consultation ou détenir des intérêts directs ou indirects auprès d’entreprises ou d’organismes dont ils ont eu à assurer un contrôle ou une surveillance, à conclure un marché ou à émettre un avis en vue de la passation d’un marché, ainsi qu’auprès de tout autre entreprise ou organisme opérant dans le même domaine d’activité».

Farid Houali

LIRE AUSSI:

https://www.lapatrienews.com/coa-le-candidat-lebib-demande-le-report-de-lag-elective/